Randonnée et fromage : repérage 1

Depuis que je connais Vanessa Ponsin, je ne cesse de répéter qu’il y a « quelque chose à faire » autour de la ferme Saint-Quentin. Je connais bien ce secteur entre Noyers-Pont-Maugis, Chaumont et Cheveuges. Il y a des prairies, de la forêt, des vallons… Bref tout ce qu’il faut pour une belle randonnée qui pourrait se terminer par une dégustation des fromages de Vanessa à la ferme !

Et puis voilà. Le temps passe… Vanessa est une jeune femme très active, d’un dynamisme remarquable, pleine de projets, toujours en train de courir les routes. Entre son travail à la ferme, ses gîtes, ses nombreux rendez-vous, les réunions de l’Office de tourisme des Portes du Luxembourg dont elle est la présidente, la sortie des classes, les livraisons… Dur de l’attraper ! Même au marché de Sedan le samedi, il est difficile de se parler longtemps…

C’est finalement un appel d’une petite maison d’édition marseillaise qui déclenche tout. Le projet :  Randonnées et fromages, un ouvrage avec une quarantaine d’itinéraires à pied dans toute la France. Prise de contact avec Vanessa qui est tout de suite enthousiaste, mais avoue « ne rien connaître à la randonnée » ! Immédiatement, Vanessa me laisse un message : « Tu pourrais faire quelque chose ? » Réponse tout aussi immédiate : « Avec plaisir ! »

Et c’est ainsi que nous nous avons constitué un petit groupe de testeurs pour une première reconnaissance du terrain afin de créer un bel itinéraire. Impossible en effet de se contenter d’un repérage sur les cartes de l’IGN : nombre de chemins signalés ne sont pas praticables, voire ont disparu depuis belle lurette !

Un chemin, ici ? Ben voyons !

Par un très chaud après-midi, Vanessa, Danièle, Sarah et moi nous nous retrouvons à la ferme où Daniel, le père de Vanessa, termine de déjeuner en compagnie de Pierre, un ami qui se joint à notre petit groupe. Après discussion pour choisir la meilleurs direction, et vous voilà partis avec Ficelle la jolie chienne de la ferme.

Nous coupons à travers la prairie fraîchement fauchée.

Comme nous ne disposons au plus que de 2 heures ce jour-là, nous choisissons de repérer le circuit court (environ 5 km).

Ficelle, toujours en tête, nous montre le chemin…

Nous rejoignons le Poirier le Prêtre (il faudrait essayer de savoir l’origine de ce nom…), puis nous nous dirigeons vers Chaumont sur un chemin étonnamment empierré (il faudrait savoir de quand il date, est-il sur l’itinéraire de Compostelle ?).

 

Sous la surface de gravier fin, des pierres affleurent nettement.

Comme nous connaissons bien Chaumont, nous n’allons pas jusqu’au village (le circuit définitif y fera bien sûr une halte à la découverte de l’église du XIIe siècle et des étonnants linteaux sculptés pendant la « drôle de guerre »), et nous coupons à travers le vallon de la Machère pour rejoindre la ferme.

 

L’ombre du bois est appréciable par cette chaude journée.

Passage par la source de la ferme dans un secteur qu’il faudrait débroussailler et baliser pour les randonneurs au risque de les perdre…

La source avec ses abreuvoirs et ses bacs à laver le linge.

Dernier effort pour remonter la côte, et retour à la ferme en coupant à travers le pré des brebis et la bergerie.

Retour à la ferme Saint-Quentin.

Là, nous apprécions une boisson fraîche et un peu de repos avant de nous quitter.

Conclusion : quelques courbatures pour Vanessa, de nombreuses pistes pour mener des recherches historiques pour moi. Cette variante courte fonctionne, mais il nous faudra revenir pour trouver de meilleurs passages à deux endroits un peu délicats sans guide connaissant le terrain.

Prochaine étape : tester le circuit long (15 km). Un jour où il fera moins chaud, c’est promis. Et en partant plus tôt le matin… Avis aux amateurs 😉

Pour en savoir plus :

La ferme Saint-Quentin

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Tous les champs sont requis

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.